C'est dans l'après midi du 1er août 1914 que l'ordre de mobilisation générale est placardé dans chaque bourg comme partout en France.
Cinq cent soixante mille hommes sur une population totale de 3.300.000 habitants en Bretagne seront mobilisés durant le conflit.

En 1914, les soldats sont regroupés selon leur lieu de résidence :
les hommes du Sud de la Bretagne sont affectés au XIe corps d'armée basé à Nantes, ceux du Nord sont intégré au Xe corps d'Armée de Rennes.
Cependant, cette homogénéité géographique s'estompe au fur et à mesure
du conflit et des pertes. Les "poilus" bretons se battront sur tous les
champs de bataille, de Charleroi à Verdun, en passant par les Flandres,
la Somme et l'Artois, sans oublier le Chemin des Dames.
 




1956 - 40ème an. de la Bataille de Verdun.

 

Si la Bretagne ne supporte pas l'horreur des combats, elle participe pleinement à l'effort de guerre.
Les hôpitaux bretons, temporaires ou auxiliaires, accueillent près de
500.000 blessés entre 1914 et 1918.
Plusieurs milliers de prisonniers de guerre allemands sont également envoyés en Bretagne, sans compter les internés civils, étrangers des nations ennemies résidents en France, suspectés "d'espionnite" et parqués dans des camps.
Lieux stratégiques, les ports de Brest et de St-Nazaire, à partir de 1917, vont voir transiter le plus gros de l'armée américaine avant de rejoindre le front.
 


1998 - Armistice du
11 novembre 1918



 

 Haut de page   

 
[ Accueil ] [ De Louis XVIII à la IIIe République  ] [ La vie économique et sociale ] [ La littérature et les arts ] [ La Bretagne sur les rails ] [ La Grande Guerre ] [ 125 ans de présence bretonne ]
Copyright © 2005-2006 Histophilabreiz - tous droits réservés